©Nadia Tarra

Diana Akbulut (Daya Jones) (CH)

Amour Grenade

Danse

  • ~45'
  • F Recommandé aux malentendant·e·s
  • G Boucle magnétique

Chorégraphie, interprétation: Diana Akbulut (Daya Jones). Regard extérieur: Philippe Cuendet. (Distribution en cours). Texte présentation spectacle: Arnaud Robert. Coproduction: ADC – Association pour la danse contemporaine, Genève, Arsenic – Centre d’art scénique contemporain, Lausanne, L’Abri, Genève.

Amour Grenade, c’est le goût du fruit. C’est aussi la réconciliation des contraires. Il y a Daya et Diana. Daya Jones, le geste chirurgical dans les battles hip-hop, une jeune femme à qui ses compétiteurs ne demandent pas son genre. Diana Akbulut, Suissesse d’origine kurde, qui se souvient de la terre de son père, de sa mère, dans un festin de sens et de gestes reconquis. Entre Daya et Diana, il y a la tentative de ne plus séparer les avatars. Ce serait une fausse piste de considérer uniquement cette première création sous l’angle des origines, du féminisme ou du politique. Il s’agit pour cette chorégraphe et danseuse de redonner du corps aux identités qui la traversent. La grenade n’est ni tout à fait un fruit ni seulement une arme.

  • ~45'
  • F Recommandé aux malentendant·e·s
  • G Boucle magnétique