©I L K A Double Septet

Maud Blandel, NEC, CASTEL CAMERATA (CH)

Double Septet

Danse

  • ~40'
  • A Non-French-speaking friendly
  • G Boucle magnétique
  • C Jeune public bienvenu (dès 8 ans)
  • B Accessible aux personnes à mobilité réduite

Concept et chorégraphie: Maud Blandel. Chorégraphie et interprétation: Maya Masse, Romane Peytavin. NEC: Antoine Françoise (dir. artistique/piano), Susanne Peters (flûte), Jean-François Lehmann (clarinette), Maximillian Haft (violon), Esther Monnat (violoncelle), Julien Mégroz (vibraphone). Castel Camerata: Yuji Noguchi (dir. artistique), Maruta Staravoitava (flûte), Megumi Tabuchi (clarinette), Chihiro Ono (violon), Aurélien Ferrette (violoncelle), Gilles Grimaître (piano), Jens Ruland (vibraphone). Musique: Steve Reich, Double Sextet pour 2 sextuors. Lumières : Luc Gendroz. Analyse musicale et accompagnement dramaturgique: Alain Franco. Administration 2021: Daniela Droguett Fernandez. Administration 2020: Soraya Dos Santos. Production: I L K A, Nouvel Ensemble Contemporain (NEC), Castel Camerata. Coproduction: Arsenic - Centre d’art scénique contemporain/Lausanne, Association Danse Neuchâtel (ADN), Théâtre du Concert, Neuchâtel. Soutien : I L K A bénéficie du contrat de confiance 2021-2023 de la Ville de Lausanne.

A l’automne 2019, deux ensembles neuchâtelois Castel Camerata et NEC, en collaboration avec l’Association Danse Neuchâtel (ADN), invitent la chorégraphe Maud Blandel à créer à une version scénique de l’œuvre culte du compositeur minimaliste américain Steve Reich: Double Sextet. Poursuivant l’exploration des questions de traduction à partir d’une partition musicale – amorcée avec Diverti Menti (2020) – la chorégraphe lausannoise et les danseuses Maya Masse et Romane Peytavin tentent de s’approprier les principes d’unité (imbrication), de dualité (stéréo) et d’écho initiés par Steve Reich. Elles en développent les modalités de composition chorégraphique: la création d’un pas de deux explorant les enjeux du duo, ses richesses et sa complexité. Réunissant 12 musicien·ne·x·s et 2 danseuses, la création de Double Septet offre à Maud Blandel l’opportunité d’approfondir ses préoccupations autour de l’articulation du savant et du populaire. En quoi consiste l’écriture de la danse? Qu’est-ce qui s’écrit ou ne s’écrit pas? A partir d’une partition chorégraphique dite «ouverte», elle travaille la codification d’une pratique et explore avec ses interprètes le soin du phrasé rythmique comme puissante source d’expressivité.

Formée initialement à la danse contemporaine, Maud Blandel poursuit sa formation à la Manufacture de Lausanne en section «mise en scène», puis en work.master à la Haute Ecole d’Art et de Design (HEAD) de Genève. En 2015 elle fonde I L K A, une structure de création et de réflexion autour des pratiques chorégraphiques et débute son travail de création avec les pièces TOUCH DOWN (2016), Lignes de conduite (2018), Diverti Menti (2020). Préoccupée par la notion élargie de chorégraphie, elle développe des recherches empruntant leurs outils d’écriture à d’autres médiums et pratiques. Parallèlement à ses activités, elle assiste et collabore avec Karim Bel Kacem, Heiner Goebbels, et plus récemment avec Cindy Van Acker. Maud Blandel est artiste associée à l’Arsenic – Centre d’art scénique contemporain de Lausanne depuis septembre 2018.